Monter un business en couple est définitivement une affaire qui marche ! Après le Seasons food truck de Margot et Tristan, le road shop d’Angela et Antoine, place maintenant à Sarah et Nico, les propriétaires du coffee shop Holy Belly.

Il n’y a plus de doute, les voyages peuvent changer des vies et ce n’est ni Nico ni Sarah qui diront le contraire. Après un BTS audiovisuel et ne sachant pas quelle suite donner à ce diplôme, ils partent s’installer au Canada puis à Melbourne. Ils découvrent un mode de vie où les coffee shops ont une réelle place dans le quotidien des Australiens. Après avoir fait leurs armes à Duchess of Spotswood, l’un des meilleurs coffees shops de la ville, ils décident à leur retour d’importer ce concept de petit déjeuner en France. Ils focalisent sur trois points : bien manger, boire du bon café et être bien servi. Ils troquent donc leurs ordinateurs pour une machine à café et quelques poêles. Rien ne prédestinait ce couple formé il y’a 12 ans déjà à monter leur business et qui plus est dans le domaine culinaire.

Holy Belly - Paris © Odd AestheticsHoly Belly - Paris © Odd Aesthetics

Comment se fait-il que vous ayez autant voyagé ? Australie, Canada.
Nico : Je ne sais pas vraiment comment cela a commencé mais après le Bac, Sarah et moi sommes partis en Angleterre un an. Nous sommes ensuite revenus en France faire un BTS audiovisuel. Après ça on n’était pas sûr de ce que l’on voulait faire exactement. On s’est dit que c’était le moment de voyager avant de rentrer dans le système, du coup on a décidé de partir. Ça été Vancouver, on y est resté 3 ans. On s’est fait des amis Australiens, ils nous ont invité à Melbourne. On est parti 2 ans et demi en Australie et entre temps je suis resté 3 mois à New York. On n’a pas énormément voyagé mais à chaque fois qu’on a bougé, on est resté longtemps sur place. Ça nous a vraiment influencé, on n’est pas du tout dans la branche qu’on avait étudiée à la base. C’est en voyage qu’on a pris goût à faire ce que l’on fait aujourd’hui et qu’on a appris.

Un ton Top 3 des villes à découvrir absolument ?
Nico : Forcement Melbourne, c’est une ville unique avec des gens uniques. Une énergie, une envie de faire, des idées, des lieux incroyables partout et une effervescence constante. Alors pour manger, boire, visiter, c’est une ville à faire.
Ensuite Vancouver, c’est dépaysant. Il y’a ce côté très nature avec l’océan et la montagne tout en étant en ville. J’ai gardé un oeil sur ce qui se faisait là bas et j’ai l’impression que ça s’est vraiment développé en terme de cafés, restaurants.
Enfin Madrid, c’est une ville géniale. Ils ont accès aux bons produits comme nous, tu manges des trucs très bons, trè simples. Sinon le Mexique : les gens, la bouffe.  Je conseille vraiment.

C’est possible qu’un jour que vous inversiez vos rôles ? Imaginons pour les 2 ans d’Holy Belly, on arrive et là  bam, Sarah barista et toi en cuisine ?
Nico : On y a pensé, ça permettrait à tout le monde de connaitre le travail de l’autre. C’est vrai que nous en salle on ne se rend pas compte du travail de la cuisine et inversement. Il faut être rapide et efficace, il faut que ça soit bon mais à cause du volume de clients qu’on a c’est difficile. Mais je pense que c’est un truc qu’on fera un jour parce qu’il y’a beaucoup de choses à apprendre en faisant un tel échange. Il faut juste qu’on arrive à s’organiser.

Peut être qu’un jumeau caché du HB existe, si oui, où serait-il ?
Nico : On ne fait rien de révolutionnaire, on fait de la bonne bouffe, du bon café et on s’occupe plus ou moins bien des gens et je pense que ça c’est notre recette. Tu peux la retrouver à Melbourne dans des endroits tels qu’ auction rooms  ou  Duchess. Il y’a plein de cafés qui sont quand même très pointus donc s’il y’avait un jumeau du HB ce serait là  bas. Après les gens ont tendance à nous assimiler à un concept américain, c’est totalement faux. On n’est pas du tout un diner New Yorkais. Là bas, il y’a moins d’attention portée au « plating » (dressage de l’assiette), ça reste bon mais c’est moins joli.

As tu une adresse à l’étranger que tu recommanderais les yeux fermés ?
Nico : Duchess of spots wood, là où l’on a tous les deux bossé avec Sarah. C’est un petit café, juste en dehors de Melbourne. Tu peux y aller les yeux fermés : les chefs travaillent des produits incroyables, c’est délicieux, copieux et intéressants. C’est vraiment un endroit que je recommande sans souci.

Un plat simple à faire mais qui surprendra toujours ?
Nico : Si c’est moi qui cuisine j’aime bien faire des oeufs brouillés. Bien assaisonnés, avec du comté rapé, pas trop cuit, un peu baveux, avec deux tranches de baguette bien croustillantes et bien beurrées, un peu de ciboulette coupées finement au dessus, un mug de café et ça marche toujours.

Vous êtes plutôt airbnb ou hôtel ?
Nico : On était très airbnb un moment, surtout quand on était en Italie. On rencontre des locaux qui t’évitent de manger dans les mauvais endroits. C’est moins cher et c’est plus sympa. En ce moment on se fait des petits week-ends de temps en temps, du coup un vrai bon hôtel ça peut vraiment être appréciable. Il y’a tous les codes de l’hôtellerie et souvent ils sont associés à des chefs étoilés. Là par exemple on était en Bretagne pendant les vacances à Château Richeux, un petit hôtel avec 10 chambres et on est chez quelqu’un. Airbnb oui, hôtel oui mais dans une certaine gamme, un endroit qui est vraiment une expérience en soit, une identité, une façon de faire les choses.

Peut-on retrouver quelque part sur internet la playlist passée au HB ?
Nico : Soit on passe le Mellotron, une radio faite dans le 10e juste à coté de chez nous, soit on se met sur spotify avec des playslists Hip-Pop ou Reggae Jazz. On n’a pas trop de mérite, on cherche de bonnes playlists et ça fait l’affaire.

Pour finir, un rapide city guide de Paris ?
Nico : Le Mary celeste, pour manger et boire, la Candelaria pour un petit tacos, le Hero ouvert très recent est très bon. On aime bien se faire comme tout le monde Le verre volé, rue de Lancry. On va beaucoup chez Martin pour manger de bonnes petites assiettes et boire des coups. Au coin de notre rue le Gravity Bar, c’est très chouette. Café chilango pour de la nourriture mexicaine authentique et du bon café. Dans le même genre aussi El Nopal. C’est souvent là qu’on va, sinon regarde notre instagram, il y’a tous les endroits où l’on a récemment mangé. Pour les coffees shops les classiques : Ten bellesFondationCream.